M O R U L A

O

R

U

L

A

 

 

CE SITE EN CONSTRUCTION AGRÈGE PLUSIEURS SOUS-SITES, TOTALEMENT INDÉPENDANTS LES UNS DES AUTRES. ILS PEUVENT ESSAIMER CHACUN DANS SA DIRECTION.

Chaque sous-site a son propre conseil de rédaction, son propre webmestre, et sa propre adresse. Par conséquent, aucun sous-site n'est responsable des autres. Chacun est libre et indépendant. Seuls, les penseurs à la mode sont absents.

MORULA index

 

* SOLUS *

LA LITTÉRATURE QUI SENT LE SOUFRE. ESPRITS TIMORÉS, PASSEZ VOTRE CHEMIN.

Une page SOLUS avait été créée sur le Net vers la fin des années 90 par "une bande de lycanthropes sans qualités." Ils faisaient référence, sans le dire, à Raymond Roussel, fou littéraire dont on ne sait toujouis pas quoi penser, et à son livre Locus Solus. Il me plaît de rappeler que j'y fus initié, comme à beaucoup d'autres merveilles de la littérature, par un autre fou littéraire, collectionneur, poète et critique de la poèsie, qui exerçait la médecine à quelques encablures de l'endroit où est venu s'installer Céline en rentrant du Danemark, Pierre Cheymol, auteur d'un ouvrage fondamental, au sens propre, Les Aventures de la Poèsie, en deux volumes, parus chez José Corti, il y a maintenant déjà une vingtaine d'années. Et toujours chez Corti, on trouve quelques autres textes et pamphlets de Pierre Cheymol. Qu'il en soit ici remercié.

Pour les amateurs, il y a ces délicieux commentaires sur la découverte de Rimbaud par... l'improbable Léon Bloy. Extrait du dossier H sur Léon Bloy, qui aura sa place ici, comme dynamiteur et irrecevable polémiste.

http://books.google.com/books?id=xIjwN3kp3uUC&pg=PA98&lpg=

PA98&dq=%22Pierre+Cheymol%22&source=bl&ots=zrS7Ee8WmP&sig=

nHqDAFemrMibFLHX4cMy0n4NAr8&hl=fr&ei=ZisSSoyvIcma_AbIl6miDw&sa=X&oi=

book_result&ct=result&resnum=10#PPA109,M1

Cette page SOLUS se trouvait sur http://www.abbc.com/solus/index.html. Elle a disparu depuis une époque indéterminée. Mais nous en avons le contenu en archive et il est facile de le restituer, avant de donner de l'extension à l'idée de cette page. D'abord, une sorte de manifeste :

 

LES PAVÉS DE L'ENFER

L'enfer est pavé de bonnes intentions, nous serine-t-on. Mais que sont ces pavés?
Ce sont des oeuvres que la bonne société,  les bonnes moeurs, les bons sentiments, les bons apôtres, et tous les autres qui font profession de bonté préfèrent oublier, refouler, cacher dans ce qu'on appelait justement les "enfers" des bibliothèques. Ce sont des livres, des articles, des films, des pièces de théâtre, des dessins, des tableaux, des objets, tous scandaleux à quelque titre, matière à scandale, objet de poursuites, de répression, de suppression. Ces oeuvres sont brûlantes. Elles ne pavent l'enfer que parce que ce que John K. Toole, appelait joliment "la conjuration des imbéciles" rejette toutes ces affirmations dérangeantes dans les flammes éternelles.
De François Villon, François Rabelais, Agrippa d'Aubigné à Charles Baudelaire, Gustave Flaubert, Alfred Jarry, Léon Bloy, Louis-Ferdinand Céline, Jean Genet, la liste est longue de ceux qui ont apposé sur les pavés de l'enfer le signe du génie littéraire. Beaucoup d'autres auteurs ne volent pas si haut, mais tous ont une chose urgente à dire. Tous ne sont pas traînés devant les tribunaux ou censurés, mais les censeurs potentiels voudraient bien les éliminer.

Nous demandons à nos lecteurs et amateurs de participer à l'aventure. Qu'ils veuillent bien saisir (à l'aide d'un ordinateur quelconque) le ou les textes de leur choix, ceux qui leur paraissent dignes de figurer dans cette collection des pavés de l'enfer, nous les envoyer par e-mail et nous les afficherons avec plaisir pour le bénéfice de tout le monde.
Notre adresse: <
morula001@yahoo.com>

Mais ATTENTION: Le lecteur de passage s'avance à ses risques et périls. Certains textes ont été écrits à coups de marteau. Dans la plupart d'entre eux, on trouvera le poids de la vie, la chair, l'os et le sang que les écrivains ont utilisé pour dire leurs mots à ce monde qui ne les mérite peut-être pas. Le lecteur peut être choqué, bouleversé, renversé. Les âmes sensibles doivent s'arrêter ici. Nous ne sommes pas responsables du contenu des textes, qui appartiennent pleinement aux auteurs. Nous ne faisons qu'en offrir la possibilité d'une consultation. Les plaintes qui viendraient à être émises par des esprits faibles ou tortueux seront aussitôt mises à la poubelle de l'idiotie politiquement correcte de notre époque. Nous regrettons que les mines de sel soient pour le moment fermées. Nous demandons leur réouverture, en raison du grand nombre d'impétrants chez les soi-disant intellectuels parisiens et leurs émules

VIVENT LES MINES DE SEL !

Une bande de lycanthropes sans qualités
(qui ne sont nullement tenus d'approuver ou de désapprouver le contenu de textes qui ont été écrits par de vrais écrivains.)

 

Au début, nous ouvrions la page sur Céline. Nous avions numérisé à grand peine une ancienne éditionde Bagatelles pour un massacre, et la distillions à petites doses car, à cette époque bien révolue, les ordinateurs ne supportaient pas les textes longs, lourds. Il fallait fragmenter. Les connexions se rompaient très vite. Ce travail a ouvert de nombreuses portes. Des amis inconnus nous apportèrent les autres papmphlets, soigneusement numérisés. Ensuite, il ya eu le grand essaimage sur le Net. Bien que les céliniens officiels continuent à trmbler à l'idée de signaler dans leurs doctes publications que les pamphlets existent sur le Net, sont vivants et virbrionnants, il n'osent toujours la dire et donner les adresses des sites. Une belle bande de panicards. Mais la prolifération de et sur Céline nous froce à ouvrir une page à lui consacrée. On l'appelera CELINUS.

 

Pierre LOUYS

 

Le premier texte qui a figuré sur la page SOLUS et de Pierre Louys. (Il écrivait son nom en mettant un tréma sur le "y", ce que nos claviers ne savent pas faire....) : "écrivain mineur, chantre d'un érotisme hellénisant et badin, était aussi un pornographe radical. Sur un pavé de l'enfer : le Manuel de civilités pour les petites filles. C'est aussi un texte plein de drôlerie. Il sert à rappeler aussi qu'en des temps moins prudes, les enfants participaient à la vie sexuelle des adultes, sans que le monde s'arrête de tourner. Ce texte suffira à dire que notre temps est particulièrement hypocrite, sous l'influence typiquement anglo-saxonne du puritanisme triomphant. Regardez dans quel ignoble ghetto sont reclus les simples fumeurs de cigarettes.... Si on commence à questionner les motivations des preux chevaliers qui font croisade contre la pédopornographie... on tombera sur toute une littérature du XIXe sicèle qui a déjà ratissé la question. Et Pierre Louys sera présent comme témoin. A décharge, si on nous permet cet horrible jeu de mots.

Pierre Louys (avec un tréma sur le "y"), 1870-1925. Son ouvrage le plus connu est La Femme et le pantin (1898).
Le Manuel de civilité à l'usage des maisons d'éducation a été maintes fois réédité. On le trouve encore actuellement en librairie (avril 1997). Par exemple, chez l'un des éditeurs du gauchisme et de la cuistrerie mondaine, Allia.

Nous avons trouvé, moulée à la louche, une version PDF du même.

 

Jean GENET

Censuré

Quatre heures à Chatila

Version intégrale: les passages supprimés par la rédaction de la Revue d'Etudes Palestiniennes, lorsqu'elle publia ce texte dans son n° 6, le 1er janvier 1983, ont été rétablis ici, à partir des notes contenues dans le volume posthume de Jean Genet, L'Ennemi déclaré -- Textes et entretiens, Gallimard, 1991, p. 408.

Nous avons aussi la version anglaise